• La Miellerie King

Les parasites menaçant nos abeilles


Le monde animal est rempli de créatures qui interagissent de façon plus ou moins conviviale entre elles. Le monde de l'apiculture et des abeilles ne fait pas exception à cette règle et nos valeureuses butineuses doivent faire face à de nombreux défis afin de survivre. En plus des pesticides, des changements climatiques, des prédateurs et de plusieurs autres aléas de la nature, les abeilles subissent les foudres de plusieurs parasites. Dans le cadre de notre travail d'apiculteur, nous restons à l'affût de l'apparition de ces créatures dans nos ruchers et nous tentons de limiter leur impact négatif sur nos abeilles.


Ce faisant, nous vous présenterons dans cet article quelques parasites auxquels doivent faire face nos abeilles au Québec.


Photo: Varroa sur le dos d'un abeille


Le Varroa destructor - le vampire des abeilles


Le Varroa destructor est un acarien qui a choisit comme victime les abeilles. En effet, ces petits parasites se nourrissent de l'hémolymphe (le sang des abeilles) et des acides gras des abeilles. En plus d'affaiblir grandement leur hôte et de rendre leur survie plus difficile, particulièrement en période hivernale, leur morsure peut transmettre des maladies aux abeilles et les plaies créées peuvent devenir des foyer infectieux.



Photo: Un varroa sur le dos d'un abeille



La Fausse teigne


La Fausse teigne est un papillon de nuit qui, en pondant des œufs dans la ruche, détruit le milieu de vie des abeilles. En effet, lorsque les œufs éclos, les larves de la fausse teigne dévore la cire et le pollen se trouvant dans la ruche. La mâchoire des larves est si puissante qu'elles peuvent même mâcher des tunnels dans le bois des cadres dans la ruches


Photo: Fausse teigne


Arrivé à un certain stade, les larves tissent des cocons en soie (voir ci-bas) afin de se préparer à recommencer le cycle.


Photo: Rayon attaqué par les larves de la fausse teigne


Petit coléoptère de la ruche (PCR)


Cet insecte a fait son apparition au Québec il y a environ 2 semaines, sûrement en raison d'importation de ruches provenant de l'extérieur sans inspection adéquate.


Photo: Gros plan sur un petit coléoptère de la ruche


Cet insecte de la famille des coléoptères est originaire d'Afrique du Sud. C'est un insecte ravageur qui se nourrit principalemen​​​​t de pollen, de miel et d'oeufs d'abeilles. Lorsqu'un petit coléoptère se retrouve dans la ruche, il laisse ses déjections dans le miel et celui-ci se met à fermenter. Il s'en dégage une odeur d'oranges pourrisé




Photo: Petits coléoptères de la ruche dans une ruche


Les frelons asiatiques et européens ne constituent pas, pour le moment, une menace pour nos cheptels d'abeilles. Toutefois, avec le réchauffement climatique et leur présence chez nos voisins, leur arrivée ne saura tarder. Comme nous en faisions part précédemment, les abeilles font face à de nombreux défis et nous devons travailler tous ensemble à mettre tout en place pour faciliter leur vie.



44 vues0 commentaire